gabriel-okundji-2-465x700

Un poète de l’Afrique, un poète de l’universel mis à l’honneur :
Gabriel Mwénè Okoundji, « Le maître féticheur »

On compte aussi parmi ces hommes de lettres de grands poètes inspirés comme Gabriel Mwénè Okoundji, « le chantre d’une moderne « ancestralité » (RFI), Grand prix littéraire de l’Afrique Noire (2010), Prix spécial poésie (2011) de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux…
Sa poésie d’initiation lui vient de sa terre natale par la voix de la conteuse Ampili, l’inspirée du fleuve Alima, et de Pampou, le mage des terres appelées Mpana. Sa « Prière aux ancêtres » est traduite en occitan… « Ce que les occitans entendent dans la poésie d’Okoundji, c’est tout simplement la force et le souffle d’une langue qui monte du plus profond d’une terre, d’un peuple, et qui, au terme d’un parcours millénaire, aboutit à cette profération essentielle à hauteur d’univers…
Y a-t-il, aujourd’hui, beaucoup de poésies plus universelles que celle-ci, issue de la terre de Mpana, au Congo, celle d’un poète qui, au rythme du cœur ancestral, avance dans les dimensions du monde ? » (J-P Tardiu)